Accueil/Articles PDF/Foi et histoire. Quelques réflexions sur l’« Essai sur le développement de la doctrine chrétienne » de Newman – Nicholas LASH

Foi et histoire. Quelques réflexions sur l’« Essai sur le développement de la doctrine chrétienne » de Newman – Nicholas LASH

5,00 

Foi et histoire. Quelques réflexions sur l’« Essai sur le développement de la doctrine chrétienne » de Newman

L’auteur propose une nouvelle analyse de l’Essai sur le développement de la doctrine chrétienne de John Henry Newman, l’un des premiers théologiens catholiques à tenter de maintenir la tension entre les exigences d’une conscience d’historien et la conviction que l’Évangile de Jésus Christ est immuable.

Le professeur Nicholas Lash est un théologien catholique anglais. Il a occupé la chaire Norris-Hulse à la faculté de théologie de l’université de Cambridge de 1978 à 1999.

Publié dans la revue Istina, 1973/1. Pour acquérir ce fascicule, cliquer ici.

Pour acquérir l’article au format PDF, l’ajouter au panier.

Catégorie :

Description

Extraits de l’article :

L’affirmation fondamentale de Newman, c’est ce principe méthodologique que, puisque le christianisme « est fait d’hommes », il est à présumer qu’il s’est développé au cours de l’histoire « selon les lois qui président au développement des combinaisons humaines ». Ou encore, comme il l’écrit à la première ligne de l’Introduction de l’Essai : « Le christianisme a derrière lui un assez long passé pour que nous soyons en droit de le considérer comme un fait de l’histoire du monde. »

[…]

Finalement, ce qui dans l’Essai répond le mieux aux besoins de notre temps, c’est l’accent mis par Newman sur ce que le christianisme, parce qu’« il est fait d’hommes… s’est développé conformément aux lois de développement des associations humaines ». Newman était, quant à lui, un homme du XIXe siècle, et, bien qu’il n’ait jamais cru au « progrès », il partageait la tendance des penseurs de son temps à regarder les étapes de l’histoire comme se succédant les unes aux autres d’une manière qui explique l’usage incessant, dans la littérature victorienne, d’images comme celles du « fleuve » ou de la « voie ferrée ».

Aller en haut